vendredi 11 mai 2018

FREE COMIC BOOK DAY 2018 : AVENGERS, de Jason Aaron et Sara Pichelli


Le Free Comic Book Day est l'occasion chaque année pour les éditeurs américains de donner un avant-goût de leurs séries les plus attendues et les fans s'arrachent ces fascicules gratuits qui proposent deux fois dix pages de deux titres. Marvel Comics, après le flop de "Legacy" l'automne dernier, devait frapper un grand coup et, depuis des mois, les rumeurs couraient sur de nouvelles équipes créatives sur leurs productions phares - dont la relance des Avengers, écrite par Jason Aaron, ici accompagné exceptionnellement par Sara Pichelli.


Odin convoque Black Panther à Asgard mais le royaume des dieux n'est plus que ruines. Ils pénètrent dans une salle encore préservée où sont érigées les statues des tout premiers Avengers, s'étant rassemblés il y a un million d'années - parmi lesquels le premier Black Panther (mais aussi Phoenix, Agamotto, le premier Iron Fist, Star Brand, le premier Ghost Rider.


En ces temps anciens, dieux, monstres, et mutants avaient repoussé les Célestes. Ce qui s'est avéré une erreur dont la Terre va devoir aujourd'hui payer le prix avec l'arrivée des Célestes Noirs, auxquels s'est allié Loki. Mais Black Panther refuse cette fatalité, convaincu que la re-formation des Avengers saura éviter le pire. A ses côtés se rangent Captain America, Iron Man, Thor, Captain Marvel, She-Hulk et Ghost Rider.

Jason Aaron a de la suite dans les idées, quand bien même ses idées n'ont rencontré qu'un écho moins fort qu'espéré. En effet, il reprend dans cette dizaine de pages des idées avancées dans le one-shot Marvel Legacy, paru l'Automne dernier avec l'existence d'Avengers il y a un million d'années, rassemblant des dieux, des monstres, des mutants, des incarnations primordiales de héros.

Mine de rien, cette équipe de "proto-Avengers" bouscule la continuité Marvel profondément (s'il y a eu des mutants à cette époque, ils précédèrent Apocalypse, supposé le plus ancien d'entre eux) et les lois de l'évolution elle-même (comment expliquer l'existence d'Agamatto, Iron Fist, Black Panther alors que les homo sapiens n'étaient pas apparus mais que ces quatre-là ont déjà l'apparence d'hommes évolués ?).

Alors que les fans sourcilleux sur la continuité aiment faire le procès du moindre scénariste s'amusant avec, ils sont pourtant très indulgents avec Aaron, y compris quand ils convoquent les Célestes (à qui ils donnent une branche maléfique, les Célestes Noirs) sans faire de place à leurs créatures, les Eternels, dans ces Avengers pré-historiques...

L'histoire vaut surtout pour la rencontre atypique entre T'challa et Odin, même si rien n'explique pourquoi le roi d'Asgard a choisi de convoquer le wakandais pour l'avertir de la menace au lieu d'un autre héros. La composition des Avengers de 2018 est au diapason, réunissant des membres dont Aaron a déjà eu à s'occuper (Thor Odinson, Black Panther, Ghost Rider, Dr. Strange) et y ajoutant d'autres que le cinéma a/va mis/mettre en avant (Captain Marvel) plus l'indispensable invité-surprise (le retour de She-Hulk, qui n'a plus rien de féminine mais si, ici, sa représentation est nuancée).

C'est l'autre atout de cet exemplaire : Sara Pichelli, avant de dessiner à partir du mois d'Août prochain le retour des Fantastic Four, signe ces pages et le résultat est magnifique. De son trait félin, elle donne une grande expressivité à ses personnages, et sait planter un décor rapidement, de façon évocatrice.

Un amuse-bouche léger avant le premier numéro de la série, sorti dans foulée. 

Aucun commentaire: